De Hue à Hoi An

Après l’ébouriffante Hanoi, nous nous envolons pour Da Nang qui sera notre base de départ pour visiter les deux cités historiques du centre du Vietnam, Hué et Hoi An.

En soi, Da Nang a peu de charme. C’est une ville récente, en pleine explosion. Pour preuve, des ponts spectaculaires en forme de dragon enjambent le fleuve, d’immenses buildings pointent leurs tours sur chaque rive, des hôtels cinq étoiles et de luxueux casinos bordent la célèbre China beach où les soldats Américains venaient en permission. Désormais ce sont les riches Chinois qui y séjournent pendant des semaines et jouent tout leur argent sur les tables de casino. Il va sans dire que nous y restons peu de temps. Nous montons rapidement à bord du train en direction d’Hué. Longeant la côte sinueuse tout au long des 100 km qui séparent les deux villes, la ligne de chemin de fer surplombe le littoral, nous laissant entrevoir de belles plages sauvages entourées d’une très dense végétation. Le trajet, bien qu’un peu lent (il nous faudra trois heures pour parcourir les 100 km de distance), est un des plus beaux que nous ayons fait.

À l’inverse, Hué, ancienne cité impériale, nous immerge dans l’histoire du Vietnam. Malheureusement, le temps nous est compté pour la visiter. Pour n’en pas perdre une miette, nous optons pour l’excursion avec chauffeur et partons pour une journée intensive à la découverte des vestiges de l’ancienne capitale. Nous débutons par les tombeaux des empereurs, disséminés le long de la rivière des Parfums à quelques kilomètres du centre-ville. Que ce soit le tombeau de Tu Duc, l’empereur débridé aux 104 épouses et nombreuses concubines, le tombeau de Minh Mang ou le tombeau de Khai Dinh, l’avant-dernier empereur du Vietnam, tous sont plus impressionnants les uns que les autres.

Nous passons ensuite par la pagode de Thien Mu, symbole de la ville et haut foyer de contestation politique, puis rejoignons la citadelle qui fonde le centre d’Hué. Après le faste des tombeaux, nous nous attendions à y voir de somptueux palais. Mais les bombardements intensifs pendant la guerre d’Indochine, puis pendant la guerre du Vietnam, ont dévasté l’enceinte impériale, aujourd’hui réduite à presque rien. Il en reste tout de même quelques bâtiments majeurs, dont certains en cours de reconstruction, qui permettent de se faire une idée de la splendeur passée de la capitale du royaume.

Le lendemain, nous prenons la route en direction d’Hoi An et passons par le fameux col des Nuages qui porte bien son nom, marquant une nette rupture de climats entre les deux villes, entre le Nord et le Sud. D’un côté, un temps perpétuellement couvert, de l’autre un soleil resplendissant.

À la sortie de Da Nang, nous nous arrêtons à la montagne de marbre. Nous sommes aussitôt alpagués par les sculpteurs et les revendeurs de statues au pied de la montagne. Mais après quelques marches escarpées, nous sommes stupéfaits de ce qui nous attend là-haut. La montagne se divise en plusieurs gros affleurements de marbre, chacun surmonté d’un temple. Nous passons de l’un à l’autre, pénétrons dans des grottes abritant des Bouddhas, cela paraît sans fin.

Quand nous arrivons à Hoi An, nous découvrons une petite ville pleine de charme. Elle nous séduit par son atmosphère tranquille, par ses rues aux façades colorées de jaune, par ses maisons de marchands étonnamment bien conservées et par son histoire d’ancien port de commerce où les navires chinois et japonais, poussés par la mousson, devaient stationner pendant plusieurs mois. Bien qu’aujourd’hui les maisons traditionnelles soient occupées par des boutiques de souvenirs, des tailleurs ou des restaurants, il y fait bon flâner, d’autant que le cœur de la ville est interdit aux scooters (incroyable au Vietnam !). Seuls les cyclo-pousses transportent dans ses allées les voyageurs les plus fainéants.

Hoi An a profité de son attrait pour se transformer en paradis du shopping pour étrangers. Tous les services y sont proposés. Il est possible de se faire confectionner des chaussures, une robe ou un costume dans la journée. Nous ne réussirons pas à résister à la tentation. Surtout Amélie qui craque pour une mini combinaison sur-mesure. Enfin un vêtement qui soit directement à sa taille !

La ville est d’autant plus agréable que la campagne alentour réserve de très beaux paysages de rizières, et la plage de Cua Dai est parfaite pour se rafraîchir, prendre un bain de soleil ou bien prêter main forte aux pêcheurs pour remonter leurs typiques barques rondes sur la plage. En quelques minutes à vélo, nous passons de l’un à l’autre selon nos envies. Le ravissement est tel que nous restons quatre jours et un peu plus dans la charmante petite ville d’Hoi An.

Informations pratiques

Informations pratiques

Trajet en train Da Nang-Hué (réservé à Hanoi) : 200 000 d/pers

Pour la visite des tombeaux et de la citadelle, excursion à la journée réservée au Stop & Go Café : 40 $ pour la voiture avec chauffeur

Montagne de marbre : 30 000 dongs l’entrée

Taxi Hoi An-Aéroport de Da Nang : 350 000 d. pour 4 personnes