La banlieue de Yangon 

Les abords de la grande ville, nous les avons découverts lors de notre dernier jour à Yangon, aiguillés par une dame allemande avec qui nous étions attablés le temps d’un repas. Sur ses conseils, nous avons fait la traversée du delta avec le bateau qui fait office de navette pour nous rendre dans ce que l’on peut considérer comme la banlieue de Yangon, Dalah.

La navette pour Dalah

Au milieu de centaines de personnes chargées de provisions, d’achats divers et variés, nous débarquons dans une toute autre ambiance. Certes, les échoppes sont toujours là, longeant la chaussée, et les conducteurs de trishaw (sorte de vélo side-car) nous hèlent pour partir en visite. Nous négocions le tarif (de 4000 à 2000 kyats) et notre cycliste de chauffeur entame la balade. En progressant à travers les ramures du village, en découvrant les petites maisons en bois individuelles, en croisant les enfants sur le chemin de l’école, en voyant les femmes battre le linge sur le pas de leur porte et en découvrant le typique village de pêcheurs où les pirogues remontent le cours d’eau chargée de provisions, nous comprenons que la vie est ici beaucoup plus familiale et tranquille (peut-être est-ce la même chose entre Paris et Nogent, mais nous ne sommes jamais allés jusque là-bas!). En 5 minutes de traversée du fleuve, nous sommes passés de la ville à la campagne.

.

Pêcheurs