La vie rêvée à Koh Rong Samloem

Cocotiers, sable fin, eau turquoise… On a tous rêvé de cette image de carte postale. Fantasme ou réalité ? 

Ce paradis sur terre, nous l’avons trouvé sur l’île de Koh Rong Samloem au Cambodge. Contrairement à notre première impression, ce petit pays ne se résume pas à une infinie succession de rizières. Il regorge de trésors. Outre les emblématiques temples d’Angkor, il abrite de nombreux parcs nationaux, la forêt des Cardamones (où nous regrettons de ne pas avoir eu le temps d’aller) ainsi qu’une longue bande côtière émaillée d’îles paradisiaques. Koh Rong et Koh Rong Samloem sont les plus connues d’entre elles. Nous y accédons depuis Sihanoukville, la Saint-Tropez locale, où nous passons une nuit dans un hôtel louche aux allures de maison de passes (photo à l’appui).

Le lendemain matin, après une nuit plus qu’étrange, nous avons pris notre « slow boat » pour les îles. Inutile de préciser que le trajet a été extrêmement long… Pour les plus pressés, un « speed boat » mène à Koh Rong Samloem en moins de 40 minutes. Forcément plus cher, il est uniquement fréquenté par des étrangers.

S’il nous laisse tout le loisir de profiter du paysage, notre bateau au ralenti nous offre aussi une pause snorkelling avant d’arriver à Koh Rong Samloem (les fonds marins ne sont pas extraordinaires, mais il fait chaud, nous sautons à l’eau et faisons enfin décoller le compteur de nos baignades sur la page Quelques chiffres) puis continue sa route vers l’île plus lointaine de Koh Rong pour un arrêt d’une heure. Deux îles aux styles de vie très différents. Si Koh Rong est la plus délurée et la plus peuplée, un endroit idéal pour faire la fête jusqu’au petit jour, Samloem reste plus sauvage, plus Robinson Crusoé.

Quand nous pénétrons enfin dans la baie de Koh Rong Samloem après une heure et demie de traversée et la pause baignade, nous en avons le souffle coupé. Nos sacs sur le dos, nous nous pressons de descendre du bateau pour mettre les pieds dans le sable et vérifier que tout ça est bien réel, que ce n’est pas un mirage… Nous hésitions à passer 2 ou 3 nuits sur l’île, nous voudrions y rester toute notre vie ! Décrire le décor serait superflu. Les photos parlent d’elles-mêmes.

Vous vous en doutez, le paradis a un prix : le bungalow est très joli, mais nous n’avons de l’électricité qu’entre 18h et 3h du matin, pas d’internet, pas de clim non plus. Le paradis, on vous dit !

La vie est douce et tranquille au bord des eaux translucides de Koh Rong Samloem. Certains s’y ennuient, tournent vite en rond. Pas nous.

La seule fois où nous avons tenté une activité, elle fut bien superflue. Sur les conseils de Joe, notre hôtelier rasta, nous sommes partis à l’assaut de la jungle au coeur de l’île. Amélie a sursauté à chaque mouvement de feuilles, à peu près tous les cinq mètres, et nous avons marché pendant plus de deux heures et demie sous 29°C pour ne découvrir au bout qu’un vieux phare datant du début du siècle (et toujours en l’état !). Frustrés, nous avons immédiatement regagné notre plage idyllique pour ne plus en bouger.

Si la paresse se définit comme un défaut, nous en avons fait notre plus grand vice pendant ces quelques jours, cultivant l’art de ne rien faire.

La méthode d’Amélie : s’installer confortablement les pieds dans l’eau, lunettes de soleil sur le nez regarder le panorama qui s’étend à l’horizon, et surtout ne rien faire ! Farniente absolu. Si d’aventure les reflets de la lumière fatiguent un peu les yeux, se plonger pour quelques pages dans un bon roman avant de repartir à l’eau.

La méthode de Julien : barboter, barboter, barboter. Et, de retour sur la plage, se faire un bon sandwich, comme diraient Ted et Marshall.

Une chose est sûre, si le paradis existe, on espère qu’il ressemble à ça. Les moustiques en moins !

Informations pratiques

Informations pratiques

Speed Boat : 20$ (direct)

Slow Boat : 15$ (arrêt sur chacune des deux îles)

Bungalow au Dolphin Bay (tout au bout à sur votre gauche quand vous descendez du ponton slow boat) 35$ la nuit ou 15$ en tente.

Si vous avez vraiment besoin d’une connexion, allez squatter la terrasse du One Hôtel sur la droite du ponton.

Prévoir de l’anti-moustique !